Supplément culture, Nabintou Diakité : Le retour avec «Dounia»

Fotè Môgô ban disent les Mandings ! Autrement, littéralement, on survie toujours à la médisance ! L’égoïsme, l’hypocrisie, la méchanceté gratuite… peuvent ainsi longtemps affecter un destin sans jamais le dévier de sa trajectoire.

Par

Publié vendredi 28 janvier 2022 à 08:08, mis à jour mardi 05 juillet 2022 à 19:52
Supplément culture, Nabintou Diakité : Le retour avec «Dounia»

À cheval sur cette sagesse,  Nabintou Diakité avait promis à ses fans un retour fracassant dans le showbiz. Et elle a tenu parole parce que son 3e album (après «Nadiara Minyé» sorti en 1998/99 et «Ma Ouléni» sorti en 2004), «Dounia» est un véritable chef d’œuvre artistique qui restitue à la musique du Wassoulou toute son authenticité.

Une œuvre d’une rare intensité émotive et d’un très enviable engagement citoyen disponible sur les plateformes de téléchargement depuis le 26 novembre 2021.

«Je suis de retour. Je suis de retour sur scène pour démentir tout ce qui a été dit à mon sujet ces dernières années et surtout pour faire honneur à mes fans, aux mélomanes.

Je suis de retour pas pour défier ou offenser qui que ce soit, mais pour continuer à jouer ma partition dans le rayonnement artistique et culturel du Wassoulou et du Mali» ! C’est le message que Nabintou Diakité (aujourd’hui Mme Coulibaly), a tenu à adresser à ses fans au Mali et dans la diaspora.

Et depuis le 26 novembre 2021, elle est de retour avec «Dounia», un album de dix titres. Un retour très attendu et qui est en train de véritablement combler les attentes, de combler le vide qui commençait à s’installer dans la création musicale du Wassoulou. Et cela à l’image du premier clip lancé comme un ballon d’essai le 29 octobre 2021 et qui a aussitôt eu un succès viral sur les plateformes musicales avec plus de 150 mille vues en dix jours sur Youtube. 

Certaines plateformes ont culminé jusqu’à 300 mille vues. Comme son nom l’indique si pertinemment, «Yanonkalaya» (chauffer la scène avant le début du spectacle) a été un bon ballon d’essai.

Et le second clip, «Naloma», est venu conforter cette belle première impression avec plus de 100. 000 vues en seulement 3 jours (26 au 28 novembre 2021) sur Youtube.

Le succès de cet opus ne surprendra pas puisque rien ne semble avoir été négligé pour en faire un chef d’œuvre. «C’est réellement maintenant que j’ai compris ce que cela signifie travailler sur un album.

Nous avons fait un travail de fond pour en arriver là», souligne Nabintou. «Dounia est le fruit de deux ans de travail acharné», ajoute Berthin Coulibaly, producteur et compagnon de l’artiste. 

Enregistrés au «Studio Tériya», les dix titres (Denko, Nani Nani, Diarabi, Naloma, Kalan, Marakaw, Djougouya, Madame Cissé, Yanonkalaya et Dounia) ont été superbement arrangés et mixés par Abou Cissé sous la direction artistique de Berthin Coulibaly et de Sata Kouyaté.

Sur cette œuvre, les mélomanes auront l’embarras du choix entre les titres superbement arrangés pour permettre aux instrumentistes (kamalen ngoni, yabara, guitares, percussion, batterie, trompette) de s’exprimer librement tout en rehaussant l’éclat de la sublime voix de Nabintou.

HISTOIRE D’AMOUR-
Et l’album a été rehaussé par la contribution de certains monstres sacrés, des instrumentistes virtuoses comme le regretté Kerfala Kanté qui a assuré la basse sur quatre titres (Denko, Nani Nani, Diarabi, Naloma). Tout comme le koriste (joueur de kora) Madou Sidiki Diabaté a apporté toute la magie de son doigté au titre phare de l’album : Dounia !

Une belle chanson qui fait frémir d’émotion. «Elle s’y raconte», souligne Berthin. «Quand je chante ce titre, je vois ma vie défiler sous mes yeux.

Ayant perdu très tôt mes deux parents, la vie n’a plus été un fleuve tranquille pour moi. Et je suis contrainte de toujours me battre pour m’offrir chaque parcelle de bonheur», confesse-t-elle.

Ce qui n’est pas évident pour cette jeune artiste dont le talent lui vaut l’animosité et la méchanceté de ceux et celles vers qui elle aurait dû se tourner pour trouver le meilleur de refuge face aux coups de la vie.

Trahie, délaissée, calomniée…, Nabintou a toujours réussi à rebondir pour chanter l’amour, la nécessité de scolariser les enfants, notamment les filles…, la santé comme trésor, le leadership féminin… Des thèmes qu’on retrouve sur le nouvel album. Tout comme la cruauté humaine, la méchanceté gratuite.

Derrière «Dounia» se cache aussi une histoire d’amour et la ferme volonté d’un homme de porter un talent à bras le corps. En effet, l’album est produit par «Tériya Mali Production» de Berthin Coulibaly qui l’a offert à Nabintou.

 «L’album sera enregistré en son nom comme ma modeste contribution à son épanouissement artistique», nous confie Berthin.

«Notre culture a besoin d’ambassadrices aussi talentueuses que Nabintou qui n’est pas prête à sacrifier l’essence de son art pour juste plaire.

Sa musique représente quelque chose d’essentiel pour elle et pour tous ceux qui sont attachés au Wassoulou», poursuit Berthin en espérant que «Dounia» puisse marquer enfin le retour définitif de sa désormais protégée dans le showbiz.

«Le Mali a besoin de Nabintou. Après les Coumba Sidibé, Oumou Sangaré, Sali Sidibé…, Nabintou doit être soutenue comme le leader de la nouvelle génération.

La preuve est que ses deux premiers albums ont bénéficié d’un énorme succès, notamment dans la diaspora malienne…

J’appelle tous les Maliens à nous aider à aider Nabintou à vivre non seulement de son talent, mais aussi et surtout à partager sa passion et son expérience avec les futures générations», espère Berthin Coulibaly.

Après «Nadiara Minyé», sorti en 1998/99 sous la houlette du maestro Massambou Wélé Diallo, et «Ma Ouléni» sorti en 2004 sous le label MBD Production (la maison de disque du grand réalisateur M’Baye Boubacar Diarra), revoilà donc Nabintou avec «Dounia».

Un monde de sublimes mélodies où personne ne va certainement s’ennuyer !

Moussa BOLLY
bollymoussa@gmail.com

Lire aussi : Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Lire aussi : Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Lire aussi : Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Lire aussi : 5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Lire aussi : Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Lire aussi : Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Dans la même rubrique

Awa Meité, artiste créatrice : Elle règne sur la mode avec des matières premières locales

Styliste et designer, Awa Méité affectionne les matières et les couleurs. Elle travaille étroitement avec des tisserands maliens et des artisans locaux du cuir ou des bijoux..

Publié 01 April 2022 a 08:17 Rédaction Lessor

Société : Nous, les juifs de Tombouctou

La problématique d’une présence juive au Mali, particulièrement à Tombouctou, est d’un examen difficile. Elle est même périlleuse, au regard d’une certaine intolérance ambiante. Les communautés concernées vivent dans le repli et le refoulement..

Publié 01 April 2022 a 08:15 Rédaction Lessor

Centre culturel Kôrè : Devient un HUB avec le programme ACP-UE

Le Centre culturel Kôrè de Ségou est devenu un véritable hub au service des Industries culturelles et créatives (ICC) avec le lancement du Programme ACP - UE qui concerne les 16 pays ouest-africains..

Publié 15 April 2022 a 07:57 Rédaction Lessor

5ème édition du Forum Les Golden Days : Rendez-vous les 24 et 25 mars 2022

L’événement se tiendra au CICB.

Publié 22 March 2022 a 08:01 Rédaction Lessor

Sculpture : Amahiguiré Dolo, Un talent mondialement connu

Des sculptures en bois, des tableaux peints sur du papier de récupération et d’autres œuvres soutenues par une vidéo, dans laquelle l’artiste lui-même commente ses créations, représentent la trame d’une exposition qu’abrite la salle polyvalente du Musée national..

Publié 01 April 2022 a 10:29 Rédaction Lessor

Les représentants maliens au Marché des arts et du spectacle d’Abidjan : Du grand art !

La prestation des marionnettes était au menu des activités du Masa.

Publié 11 March 2022 a 08:25 Rédaction Lessor

Le Bari : Un symbole de l’identité du Bambara

C’est un instrument de musique traditionnelle des bambaras des Régions de Dioïla ou «Baninco» et de Bougouni. On le retrouve aussi chez leurs voisins des Communes de Koumantou et de Kolondièba. Leurs frères de Kolokani et de toute la partie nord de la Région de Koulikoro s’identifient également à cette musique.

Publié 25 February 2022 a 07:56 Rédaction Lessor

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner