#Mali : Conférence internationale du travail : Notre pays révèle ses acquis

Les travaux de la 112è session de la Conférence internationale du travail (CIT) ont démarré, lundi dernier à Genève en Suisse. Notre pays est représenté par une délégation, conduite par le ministre du Travail, de la Fonction publique et du Dialogue social, Dr Fassoun Coulibaly.

Publié mercredi 05 juin 2024 à 19:09
#Mali : Conférence internationale du travail : Notre pays  révèle ses acquis

La délégation malienne est conduite par le ministre Fassoun Coulibaly (d)


La rencontre initiée par l’Organisation internationale du travail (OIT) se poursuivra jusqu’au 14 juin, mais permettra surtout d’aborder un large éventail de questions; à savoir les budgets de l’OIT, les conventions internationales du travail et l’application des conventions ratifiées par les États.

La conférence discutera aussi de l’adoption d’une convention internationale sur les dangers biologiques, du travail décent et de l’économie du soin. Les échanges vont porter également sur les principes et droits fondamentaux au travail. En outre, il est prévu d’élire les membres du conseil d’administration de l’OIT pour la période 2024-2027.

Le président actuel de ce conseil a présenté son rapport pour la période 2023-2024 tout comme le directeur général de l’OIT. Le lendemain de l’ouverture des travaux, le ministre chargé du Travail a prononcé un discours sur le rapport du directeur général intitulé : «Vers un nouveau contrat social». Selon Dr Fassoun Coulibaly, le dialogue social demeure une condition indispensable du renouvellement du contrat social.


Il expliquera que le nouveau contrat social doit être fondé sur le respect des droits humains et les principes et droits fondamentaux au travail et doit garantir l’accès universel à la protection sociale, dont le financement reste un défi pour nos pays. D’autres défis à relever, a-t-il cité, ont trait aux injustices persistantes, l’insécurité sur le marché du travail, les inégalités de plus en plus importantes, la conjonction de crises multiples et le délitement du contrat social.

En matière de politiques d’emploi et de formation professionnelle, notre pays prend le taureau par les cornes. Le chef du département en charge du Travail a indiqué que le gouvernement a signé un accord avec le Fonds international de développement agricole (Fida) pour le financement d’un deuxième Projet «Formation professionnelle, d’insertion et d’appui à l’entrepreneuriat des jeunes ruraux (Fier)».


Le coût global est de 59 milliards de Fcfa en faveur de 60.000 jeunes ruraux âgés de 15 à 40 ans.  Autre acquis, a-t-il noté, porte sur la signature, le 15 août dernier, du Pacte de stabilité sociale et de croissance, assorti d’un plan d’actions 2023-2027 qui a été évalué à plus de 105,9 milliards de Fcfa.

Dr Fassoun Coulibaly a révélé plusieurs projets entrepris par les autorités; notamment la conception d’une base de données sur l’emploi et sur les jeunes sortant des centres de formation professionnelle et l’élaboration d’une stratégie nationale de transformation digitale du système basé sur l’enseignement technique, la formation professionnelle, le développement des compétences et d’une stratégie de l’entreprenariat.

Le patron du département en charge du Travail a informé de l’opérationnalisation du Régime d’assurance maladie universelle (Ramu) dont le taux de la couverture est d’environ 22% sur 22.395.489 habitants. Le défi reste, selon lui, la couverture des 78% travaillant dans le secteur agricole et l’économie informelle. Et de poursuivre que le projet «Propel Adapt Mali», financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid) a été lancé le 23 mai dernier, dans le but d’accroître l’adhésion des travailleurs des mutuelles de santé et accélérer la couverture sanitaire universelle dans notre pays.

Quant aux perspectives, a souligné le ministre Fassoun Coulibaly, elles concernent l’organisation des élections de représentativité syndicale, l’adoption de la Politique nationale de sécurité et santé au travail. Il est utile de préciser que la délégation malienne comprend aussi les ministres chargés de la Santé, le colonel Assa Badiallo Touré, de l’Emploi, Mme Bagayoko Aminata Traoré, ainsi que des experts d’autres départements ministériels et des représentants du Patronat et des centrales syndicales.

Mohamed DIAWARA

Lire aussi : #Mali : Examen du #Brevet de technicien en santé : Une meilleure organisation

Les épreuves écrites de l’examen du Brevet de technicien (BT) en santé se poursuivent dans les 17 académies d’enseignement du pays. Bamako compte six centres d’examen. Notre équipe de reportage a fait, hier, le tour de quelques centres pour apprécier le déroulement de cet examen. Les .

Lire aussi : #Mali : Examen du Brevet de technicien en santé : 8.565 candidats inscrits

Cet examen se déroule dans 17 académies d’enseignement. Les postulants concourent dans les filières santé maternelle et infantile, laboratoire et pharmacie, ainsi que santé publique.

Lire aussi : #Mali : Assaïta Sall : La promesse du meilleur pour l’agroéconomie

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Ainsi, on pourrait qualifier la réussite exceptionnelle de la première expérience de la fondatrice de la start-up «Kodol», Assaïta Sall, à la Semaine du numérique..

Lire aussi : #Mali : Système de santé inclusif : La banque mondiale renforce la résilience

La Banque mondiale a approuvé un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 100 millions de dollars, environ un peu plus de 61 milliards de Fcfa..

Lire aussi : #Mali : La Journée panafricaine des femmes célébrée le 31 juillet prochain

«Des institutrices d’hier aux enseignantes d’aujourd’hui : les femmes à l’avant-garde de la refondation à travers l’Éducation », c’est le thème retenu pour l’édition 2024 de la Journée panafricaine des femmes..

Lire aussi : #Mali : Examen du baccalauréat : Beaucoup de changements depuis son adoption

Les examens de l’éducation ont démarré depuis quelques semaines. Celui du baccalauréat prend fin aujourd’hui. Notre équipe de reportage s’est intéressée à l’historique de cet examen qui retient le plus l’attention de nos concitoyens comme le soulignait récemment le Centre national.

Les articles de l'auteur

#Mali : Examen du #Brevet de technicien en santé : Une meilleure organisation

Les épreuves écrites de l’examen du Brevet de technicien (BT) en santé se poursuivent dans les 17 académies d’enseignement du pays. Bamako compte six centres d’examen. Notre équipe de reportage a fait, hier, le tour de quelques centres pour apprécier le déroulement de cet examen. Les candidats sont évalués en santé maternelle et infantile (SMI), laboratoire et pharmacie (LP) et santé publique (SP)..

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 18:21

#Mali : Examen du Brevet de technicien en santé : 8.565 candidats inscrits

Cet examen se déroule dans 17 académies d’enseignement. Les postulants concourent dans les filières santé maternelle et infantile, laboratoire et pharmacie, ainsi que santé publique.

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 09 juillet 2024 à 10:09

#Mali : Assaïta Sall : La promesse du meilleur pour l’agroéconomie

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Ainsi, on pourrait qualifier la réussite exceptionnelle de la première expérience de la fondatrice de la start-up «Kodol», Assaïta Sall, à la Semaine du numérique..

Par Mohamed DIAWARA


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 16:54

#Mali : Système de santé inclusif : La banque mondiale renforce la résilience

La Banque mondiale a approuvé un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 100 millions de dollars, environ un peu plus de 61 milliards de Fcfa..

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 02 juillet 2024 à 17:02

#Mali : La Journée panafricaine des femmes célébrée le 31 juillet prochain

«Des institutrices d’hier aux enseignantes d’aujourd’hui : les femmes à l’avant-garde de la refondation à travers l’Éducation », c’est le thème retenu pour l’édition 2024 de la Journée panafricaine des femmes..

Par Mohamed DIAWARA


Publié jeudi 27 juin 2024 à 13:52

#Mali : Examen du baccalauréat : Beaucoup de changements depuis son adoption

Les examens de l’éducation ont démarré depuis quelques semaines. Celui du baccalauréat prend fin aujourd’hui. Notre équipe de reportage s’est intéressée à l’historique de cet examen qui retient le plus l’attention de nos concitoyens comme le soulignait récemment le Centre national des examens et concours de l’éducation (CNECE) dans une note adressée aux directeurs des Académies d’enseignement..

Par Mohamed DIAWARA


Publié mercredi 26 juin 2024 à 16:23

#Mali: Examen du Baccalauréat : Pas d’incident majeur

Dans les différents centres d’examen à Bamako règnent le calme et la sérénité. Tout se passe bien, même si par endroits certains élèves avaient tenté de tromper la vigilance des surveillants qui veillent au grain.

Par Mohamed DIAWARA


Publié mardi 25 juin 2024 à 18:10

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner