#Mali : Pollution atmosphérique : Ce danger au dessus de nos têtes

Depuis quelques semaines, les Bamakois vivent sous une brume de poussière. Ce phénomène météorologique comme tant d’autres, est causé par un renforcement de la pression atmosphérique au niveau de l’océan Atlantique, appelée anticyclone des Açores

Par

Publié mardi 02 avril 2024 à 08:51
#Mali : Pollution atmosphérique : Ce danger au dessus de nos têtes

Le siège de la direction générale de Mali-Météo

 

Pour nous édifier davantage, nous avons approché Bakari Mangané, chef du bureau prévisions et alertes météorologiques de l’Agence nationale de la météorologie (Mali-Météo). Le scientifique nous explique que ces vents qui soufflent à l’horizontal, traversent les côtes libyennes (anticyclone de Libye) et parcourent le grand Sahara, en soulevant du sable de toutes dimensions (gros et fins), qui restent suspendus dans l’atmosphère pendant de longs moments. D’autres particules fines qui s’ajoutent aux grains de sable sont transportées par ces vents (harmattan) jusqu’au sud du continent en passant par notre pays. Auparavant, on observait cette situation en saison froide, entre décembre et février.

Mais aujourd’hui, c’est de plus en plus fréquent pendant cette période pré-hivernale, constate le spécialiste. Ceci aggrave le phénomène avec des cellules orageuses qui drainent beaucoup de poussières en suspension dans l’air, du «tout venant», c’est-à-dire des particules végétales et organiques qui s’étendent sur beaucoup de localités de notre pays. La particularité de Bamako réside dans le fait que la ville est entourée de collines et se trouve dans une sorte de cuvette qui favorise la suspension pendant longtemps de la brume de poussière, car elle n’est pas dégagée par le vent, explique le scientifique de Mali-Météo.

Au Mali, il y a 4 grandes zones de poussière que sont les régions de Gao, Ménaka, Taoudéni et Tombouctou. Mais aujourd’hui, les régions du Sud comme Sikasso et celle du Nord-ouest comme Kayes sont de plus en concernées, à cause d’autres pratiques endogènes (relevant des activités humaines) comme le brûlis anarchique des déchets, les fumées dégagées par les unités industrielles et les engins roulants (véhicules, engins à deux roues motorisés et assimilées, etc.) Dans les zones où opère la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), l’égrainage du coton est aussi une activité qui dégage beaucoup de poussière. À cela s’ajoute l’orpaillage bien qu’il se pratique dans des zones boisées, il produit de la boue ou du banco qui est source de poussière sous l’action du vent.

 

SOUVENT PARALYSÉ- Ceci impacte très négativement le secteur économique dont le transport aérien qui se trouve très souvent paralysé à cause du phénomène. Il réduit la visibilité et empêche le décollage et l’atterrissage des aéronefs. Pour le transport terrestre, il gène beaucoup la mobilité des usagers dans les villes. Au plan sanitaire, Bakari Mangané met l’accent sur la présence des maladies climato sensibles comme les maladies respiratoires. Aucune tranche d’âge parmi la population n’est épargnée, dit-il. La période est aussi très propice à la prolifération de virus et bactéries comme le méningocoque (vecteur de la méningite). C’est pourquoi, Mali-Météo dans ses activités, est très regardante sur le phénomène et le surveille de très près, rassure notre interlocuteur.

À cet effet, l’Agence a mis à disposition une carte de vigilance météorologique de poussière en suspension. Elle montre le degré de concentration et de dangerosité de la poussière, en fonction des zones. La couleur rouge indique le premier niveau (500 mètres à 2 km de visibilité réduite). Le violet correspond au deuxième niveau (visibilité réduite entre 2 km et 4 km). Lorsqu’on atteint 5 à 6 km de visibilité, la couleur jaune apparaît. On parle alors de visibilité moyenne ou assez bonne. Au-delà de 10 km, où elle est estimée bonne, la couleur est verte.

Pour prévenir les risques sanitaires, il est conseillé aux usagers, surtout des engins à deux roues, de porter le masque. En cas de symptômes de maladies respiratoires ou climato sensible, il faut se référer à un médecin.

Cheick Amadou DIA

Lire aussi : #Mali : Gestion des forêts au Mali : Un imbroglio écologique

Malgré le contrôle intégral par l’État de la gestion de ce secteur vital pour le pays, la tendance à la dégradation se renforce de jour en jour. Les producteurs ruraux de bois dans les Régions de Kayes, Koulikoro et Sikasso, les commerçants - transporteurs, les structures étatiques, les b.

Lire aussi : #Mali : Changement climatique : Seco-ONG/ Mali partage le bilan de son programme «Benkadi-Mali» avec les acteurs

C’était au cours d’un atelier bilan tenu le 21 février 2024 à Bamako, sous la présidence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mamadou Samaké.

Lire aussi : #Mali : Ravec : Mali kura biométrie ou l’expression de la souveraineté numérique

Le nouveau système informatique de gestion des données du Recensement administratif à vocation d’état civil (Ravec) qui remplace l’ancien fichier, a été présenté, hier à Koulouba, au président de la Transition, le colonel Assim Goïta, en présence du président du Conseil national de .

Lire aussi : #Mali : Entretien routier : Indispensable mais plombé par diverses contraintes

Malgré les efforts de l’État dans la mobilisation des ressources et la mise en place d’un Fonds d’entretien routier, l’état des routes demeure préoccupant.

Lire aussi : #Mali : COP 28 de Dubaï : Accord sur l’abandon des énergies fossiles

Attendue comme la plus importante et porteuse d’espoir pour l’avenir de la planète, la 28è Conférence de l’Onu sur le climat n’a pas tenu toutes ses promesses. À la dernière minute, les participants ont réussi à forger une entente sur la fin du pétrole dans un avenir lointain.

Lire aussi : Mali : COP 28 de Dubaï : Le Cesec plaide pour une action africaine face au changement climatique

Le Conseil économique social, environnemental et culturel du Mali a défendu la position de notre pays pour une action africaine face au changement climatique, au cours de la session Plaidoyers-pays, organisée par l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (UCESA).

Les articles de l'auteur

#Mali : Gestion des forêts au Mali : Un imbroglio écologique

Malgré le contrôle intégral par l’État de la gestion de ce secteur vital pour le pays, la tendance à la dégradation se renforce de jour en jour. Les producteurs ruraux de bois dans les Régions de Kayes, Koulikoro et Sikasso, les commerçants - transporteurs, les structures étatiques, les boulangers et les revendeurs de bois en ville, constituent un ensemble d’acteurs actifs impliqués dans la problématique.

Par Cheick Amadou DIA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:54

#Mali : Changement climatique : Seco-ONG/ Mali partage le bilan de son programme «Benkadi-Mali» avec les acteurs

C’était au cours d’un atelier bilan tenu le 21 février 2024 à Bamako, sous la présidence du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mamadou Samaké.

Par Cheick Amadou DIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:46

#Mali : Ravec : Mali kura biométrie ou l’expression de la souveraineté numérique

Le nouveau système informatique de gestion des données du Recensement administratif à vocation d’état civil (Ravec) qui remplace l’ancien fichier, a été présenté, hier à Koulouba, au président de la Transition, le colonel Assim Goïta, en présence du président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw et des membres du gouvernement.

Par Cheick Amadou DIA


Publié mercredi 14 février 2024 à 07:55

#Mali : Entretien routier : Indispensable mais plombé par diverses contraintes

Malgré les efforts de l’État dans la mobilisation des ressources et la mise en place d’un Fonds d’entretien routier, l’état des routes demeure préoccupant.

Par Cheick Amadou DIA


Publié jeudi 01 février 2024 à 08:12

#Mali : COP 28 de Dubaï : Accord sur l’abandon des énergies fossiles

Attendue comme la plus importante et porteuse d’espoir pour l’avenir de la planète, la 28è Conférence de l’Onu sur le climat n’a pas tenu toutes ses promesses. À la dernière minute, les participants ont réussi à forger une entente sur la fin du pétrole dans un avenir lointain.

Par Cheick Amadou DIA


Publié jeudi 14 décembre 2023 à 08:05

Mali : COP 28 de Dubaï : Le Cesec plaide pour une action africaine face au changement climatique

Le Conseil économique social, environnemental et culturel du Mali a défendu la position de notre pays pour une action africaine face au changement climatique, au cours de la session Plaidoyers-pays, organisée par l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (UCESA).

Par Cheick Amadou DIA


Publié vendredi 08 décembre 2023 à 07:51

COP 28 de Dubaï : La sécurité climatique au cœur du combat des pays du Sahel

À l’unisson, ils ont réclamé une justice climatique en faveur de cette région de l’Afrique qui est une victime innocente du changement climatique.

Par Cheick Amadou DIA


Publié jeudi 07 décembre 2023 à 08:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner