Développement économique : Les énormes potentialités du Mali

L’étude diagnostique de la problématique de l’émergence économique du Mali n’est guère encourageante, car les obstacles sont nombreux. À commencer par la crise énergique qui n’est plus seulement saisonnière.

Par

Publié mercredi 06 septembre 2023 à 08:02 , mis à jour dimanche 24 septembre 2023 à 17:21
Développement économique : Les énormes potentialités du Mali

En effet, l’électricité n’est jamais disponible en quantité et qualité. Le Mali est ainsi obligé d’en importer de la Côte d’Ivoire. Et cela malgré nos nombreux barrages et un énorme potentiel d’ensoleillement. Selon de le ministre de l’énergie, dans une récente déclaration sur l’ORTM, le déficit serait 500 Mwh. Nous sommes tentés de dire seulement ! Le Gaz était subventionné depuis 30 ans à hauteur de 6 milliards Fcfa/an. Notre pays n’en importe que 18.000 tonnes contre 200.000 au Sénégal et 300.000 en Côte d’Ivoire. Malgré tout, le gaz est toujours un produit de luxe réservé surtout à des citadins.

En ce qui concerne les intrants agricoles comme les engrais, selon un moniteur d’agriculture, le Mali consomme plus d’engrais que beaucoup de pays africains quand on fait le ratio surfaces cultivées et quantité d’engrais importé. N’empêche que notre pays exporte aussi des engrais. Les contraintes ne manquent pas non plus dans ce domaine. Tout comme dans celui des hydrocarbures avec le litre de l’essence qui est passé de 600 Fcfa en 1992 à plus de 800 Fcfa en 2023. La politique de biocarburant a été lancée en 2004 pour atténuer la souffrance des consommateurs, dépendant des dérivés du pétrole sans cesse instable. 

Malgré son grand potentiel (2 millions de vaches en lactation), le Mali est contraint d’importer ce produit d’Europe et d’ailleurs. Le prix du kilo de viande qui était de 500 Fcfa à Sido (25 km de Bougouni) en 2002 est passé à 3.000 Fcfa en 2022. «L’aliment bétail serait devenu trop cher et les éleveurs n’ont plus accès aux pâturages à cause de la crise armée qui secoue notre pays depuis 2012», justifie un opérateur du secteur. «Au  niveau du textile et des vêtements, jusqu’au linceul, le Mali importe tout», ironise un compatriote !  Le montant des importations à ce niveau est estimé à 160 milliards de nos francs par an. Cependant, notre pays est l’un des trois plus grands producteurs de la fibre du coton.

 UNE STRATÉGIE DE CROISSANCE ACCÉLÉRÉE

Notre pays exporte principalement de l’or, notamment 72,9 % des exportations totales en 2019-2021, selon COMTRADE qui est la plateforme de données sur le commerce mondial la plus complète au monde. Selon certaines informations, le Mali ne perçoit plus de dividendes aux motifs que toutes les mines présentes sur notre sol exploitent à perte. Elles n’arrêtent leurs activités, mais prennent gratuitement l’or de 20 millions de pauvres au vu et su de tout le monde. Selon la même source, 1.250 milliards de Fcfa appartenant au Mali issus des ventes l’or seraient bloqués à l’étranger depuis 2021.


Pendant ce temps, notre pays dégringole dans la production de ses principaux produits d’exportation. De premier producteur coton en Afrique subsaharienne (11,6 % du PIB), le Mali n’est plus que 4e en 2022-2023. Le manque à gagner est énorme et le Trésor public est ainsi privé de substantiels revenus. Nous sommes également passés de 3e à 4e pays producteur d’or en Afrique. Notre pays exporte également des animaux sur pieds vers le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée et d’autres pays de la sous-région. Ce commerce, sans valeur ajoutée, ne profite nullement à notre économie. La conclusion est que le salut Malien doit reposer sur le lait, un pilier de la Stratégie de croissance accélérée (SCA).

Comme vous le savez, en économie, il y a ce qu’on appelle l’interdépendance entre les secteurs. Par exemple, entre l’agriculture et l’industrie agroalimentaire. L’élevage a besoin des céréales pour apporter des protéines aux bovins et le sol à son tour, reçoit des fertilisants fumiers des bovins. Les bouses de vaches et autres lisiers d’élevage sont capables de produire du gaz pour faire fonctionner nos voitures, cuire nos aliments et surtout fournir de grandes quantités d’électricité propre, bon marché et renouvelable à souhait et à vie.


Il faut aussi ajouter que beaucoup de produits manufacturés ont besoin d’emballage pour être vendus. Il est important de souligner que les hommes sont forcément sollicités pour faire fonctionner tous ceux-ci. Partant de cet ensemble organisé d’idées, de concepts abstraits appliqués à cette autre théorie dit : «rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme». Nous proposons au peuple malien et à ses dirigeants actuels, une Stratégie de croissance accélérée (SCA). Elle repose sur un projet intégré, porté obligatoirement par l’état et les privés maliens.

Nous savons que les systèmes dits industriels représentent moins de 10 % des volumes produits dans le monde et se distinguent par une alimentation qui dépend à 90 % d’achats principalement de concentrés, mais aussi de fourrage. Ils sont aussi parfois qualifiés de «hors-sol», car déconnectés de la production des terres de l’exploitation.


Développés depuis les années 1960, en réponse à l’augmentation de la demande, ces systèmes sont représentés à l’échelle internationale par les feed-lots laitiers des États-Unis ou de Chine avec plusieurs dizaines de milliers de vaches, et les systèmes laitiers israéliens très intensifs en termes de production par animal (15.000 litres/an), mais avec des effectifs plus faibles. «En Europe, ils restent une exception, la production des fourrages étant plus rentable que sa délocalisation, en raison de frais de transport supplémentaires», reprend Jean-Louis Peyraud.

Abdou Karim DRAMÉ, Journaliste freelance, analyste des Enjeux et Innovations du Développement durable.

Tél. +223 68 52 03 03

Rédaction Lessor

Lire aussi : Colonel Assimi Goïta, président de la Transition : « Le gouvernement veillera au redéploiement des Forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national »

Cette déclaration a été faite par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lors de son discours à l’occasion de la fête nationale d’Indépendance du 22 septembre 2023.

Lire aussi : Communiqué du conseil des ministres du 20 septembre 2023

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 20 septembre 2023, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat..

Lire aussi : Spécial 22 septembre, Nioro du Sahel ; La nouvelle région pousse des ailes

Avec une population estimée à 249.785 habitants, cette région possède comme principaux atouts l’élevage et l’apport des ressortissants vivant dans d’autres régions et à l’extérieur du Mali.

Lire aussi : Spécial 22 septembre: Alhamdou Ag Ilyène : «Les réformes en cours favoriseront l’émergence d’une presse de qualité»

Dans cette interview, le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration explique que les projets de texte en cours d’adoption permettront à l’État de mieux réguler le secteur en vue d’une saine information du public. Son Département .

Lire aussi : Trajet Bamako-Kayes : Un calvaire pour les passagers

Certains cars effectuent ce trajet en 17 heures à cause de l’état de dégradation avancée de la voie et des travaux de rénovation en cours. Des groupes armés y commettent souvent des actes terroristes. Les militaires sont toujours présents pour rassurer les voyageurs en escortant les véhicu.

Lire aussi : Centre de Bollé : Le geste de cœur de la ministre Mariam Maïga

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga, a fait, hier, don de vivres et non vivres aux pensionnaires du Centre spécialisé de rééducation, de réinsertion et de détention pour mineurs de Bollé..

Les articles de l'auteur

Colonel Assimi Goïta, président de la Transition : « Le gouvernement veillera au redéploiement des Forces de défense et de sécurité sur l’ensemble du territoire national »

Cette déclaration a été faite par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, lors de son discours à l’occasion de la fête nationale d’Indépendance du 22 septembre 2023.

Par Rédaction Lessor


Publié vendredi 22 septembre 2023 à 15:07

Communiqué du conseil des ministres du 20 septembre 2023

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 20 septembre 2023, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 21 septembre 2023 à 14:27

Spécial 22 septembre, Nioro du Sahel ; La nouvelle région pousse des ailes

Avec une population estimée à 249.785 habitants, cette région possède comme principaux atouts l’élevage et l’apport des ressortissants vivant dans d’autres régions et à l’extérieur du Mali.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 20 septembre 2023 à 20:11

Spécial 22 septembre: Alhamdou Ag Ilyène : «Les réformes en cours favoriseront l’émergence d’une presse de qualité»

Dans cette interview, le ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration explique que les projets de texte en cours d’adoption permettront à l’État de mieux réguler le secteur en vue d’une saine information du public. Son Département œuvre aussi pour faire des TIC un outil de développement.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 20 septembre 2023 à 18:11

Trajet Bamako-Kayes : Un calvaire pour les passagers

Certains cars effectuent ce trajet en 17 heures à cause de l’état de dégradation avancée de la voie et des travaux de rénovation en cours. Des groupes armés y commettent souvent des actes terroristes. Les militaires sont toujours présents pour rassurer les voyageurs en escortant les véhicules au besoin.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 20 septembre 2023 à 07:49

Centre de Bollé : Le geste de cœur de la ministre Mariam Maïga

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga, a fait, hier, don de vivres et non vivres aux pensionnaires du Centre spécialisé de rééducation, de réinsertion et de détention pour mineurs de Bollé..

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 20 septembre 2023 à 07:45

La dengue : 12 cas confirmés au Mali à ce jour

En matière de prévention, il est conseillé de dormir sous une moustiquaire imprégnée et de porter des vêtements pour éviter les piqures de moustiques.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 20 septembre 2023 à 07:14

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner