#Mali: Korofina Nord : Des braqueurs aux arrêts

Un client sollicite les services d’un conducteur de mototaxi. Ce dernier accepte sans savoir que c’était pour le livrer à ses complices braqueurs

Publié lundi 10 juin 2024 à 07:27 , mis à jour vendredi 21 juin 2024 à 06:48
#Mali: Korofina Nord : Des braqueurs aux arrêts



Le Commissariat de police de Korofina Nord  en Commune I du Disttrict de Bamako, avec à sa tête le commissaire principal Bakary Coulibaly a récemment mis hors d’état de nuire des individus malintentionnés qui semaient la terreur dans des secteurs relevant de l’autorité du dit Commissariat. Ils ont été interpellés dans la nuit du 06 au 07 mai dernier et sont suspectés d’association de malfaiteurs, vol à main armée, recel et détention illégale d’arme à feu. Ces individus ont été alpagués, à la suite d’un braquage, qu’ils avaient commis à Banconi Salembougou, un quartier populaire de la Commune I du District de Bamako.

Tout est parti des informations fournies par une tierce personne désirant garder l’anonymat. Cet informateur expliqua aux limiers qu’un individu qui venait d’être victime d’un braquage aurait été gravement blessé par balle à Banconi Salembougou, sans autres détails. C’est ainsi que le Principal Bakary Coulibaly a envoyé une équipe de limiers pour tirer cette affaire de braquage au clair.

 

Inconnus sortis de nul part-Des investigations policières, il ressort les faits qui suivent. à la date sus indiquée, alors qu’il faisait tard la nuit, un inconnu se faisant passer pour un client a sollicité les services d’un conducteur de moto taxi à Djélibougou. Il lui proposa de le déposer à Banconi Salembougou dans la même Commune I du District de Bamako. Le chauffeur d’engin à deux roues accepta et les deux se sont accordés sur le prix à payer.

Puis, tout se passa sans anicroche jusqu’à destination. à leur arrivée à l’endroit indiqué par le passager, les choses se gâtèrent pour le conducteur de moto. Il a fallu que son passager mette les pieds sur terre pour que deux jeunes gens (ses complices) surgissent du noir. Sans donner le moindre temps au chauffeur de moto taxi, ils le braquèrent avec un pistolet en lui intimant l’ordre de leur remettre sa moto. Le conducteur tenta de résister et refusa d’obéir aux injonctions des bandits armés. Sans hésiter une seconde, ces derniers tirent sur lui à bout portant. Ensuite, le client qui l’a conduit sur place et les deux inconnus se sont emparés de la moto pour disparaître dans les ruelles noires. Pendant ce temps,  leur victime gravement blessée gisait dans son sang.

Après le départ des malfrats, le malheureux se débrouilla pour rejoindre les positions d’une équipe de policiers patrouilleurs qui sillonnaient le quartier. Ces derniers contactèrent  les agents de la protection civile qui transportèrent urgemment le blessé au  CHU Gabriel Touré. Le commissaire principal Bakary Coulibaly instruisit à l’unité de Recherche conduite par le commissaire de police Issa Kouma, de tout mettre en œuvre pour alpaguer tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire.

Ainsi, sur la base de renseignements vers 04 heures du matin, les policiers enquêteurs ont interpellé deux individus répondant aux noms de SD alias Thialé et MT. Conduits dans les locaux des policiers, ils ont été auditionnés durant plusieurs dizaines de minutes par les OPJ (Officiers de police judiciaire). Les mis en cause tentèrent dans un premier temps, de faire le faux-fuyant. Bombardés de questions, ils ont craqué et ont fini par avouer être les auteurs du braquage de Salembougou. Mieux, ils dénoncèrent leur complice (aujourd’hui en fuite) avec qui se trouverait l’arme ayant servi au braquage.

Les deux malfrats avouèrent également que l’engin volé a été vendu  un receleur du nom de AH résidant à la Zone industrielle en Commune II du District de Bamako. Ce dernier sera à son tour interpellé très rapidement et conduit au Commissariat de police avec le butin. à la suite des enquêtes, les limiers se rendirent sur les traces de leur complice fugitif dans un chantier en construction  à Nafadji (Commune I).

Là, les fouilles leur permirent de trouver deux pistolets automatiques (PA) de fabrication artisanale améliorée avec un  chargeur contenant deux cartouches enfouies sous terre.  Les preuves étaient désormais suffisantes pour mettre les dossiers de ces braqueurs à la disposition du Tribunal de grande instance de la Commune I du District de Bamako, d’où ils ont été tous placés sous mandat de dépôt.

Les autorités policières ont profité de l’occasion pour inviter la population à plus de vigilance et de collaboration afin que la police puisse mener à bien ses missions.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Ségou : Un fabriquant d’armes et son complice déférés

L’un s’était spécialisé dans la fabrication d’armes artisanales améliorées et l’autre dans leur mise sur le marché noir. Les policiers ont fini par casser cette entreprise illégale.

Lire aussi : #Mali : Niamakoro : Des faussaires de documents mis hors d’etat de nuire

Évoluant dans la fabrication de faux documents, ils assuraient également la formation et l’initiation de nouveaux faussaires dans cette pratique illégale. Les policiers ont mis fin à leur entreprise.

Lire aussi : #Mali : Kolokani : La fillette a payé pour son père

Pour faire mal à son créancier il a tout simplement assassiné sa fillette de six ans. Il est ensuite recherché, interpellé par la police et renvoyé chez les juges.

Lire aussi : #Mali : 2è édition de la Semaine professionnelle de l’Ispric : Une belle initiative

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (Ispric) a clôturé, jeudi dernier dans ses propres installations sur la colline de Badalabougou, la 2è édition de sa Semaine professionnelle sous le thème : «Comment trouver son stage ou emploi étant étudiant?.

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Lire aussi : #Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Les articles de l'auteur

#Mali : Ségou : Un fabriquant d’armes et son complice déférés

L’un s’était spécialisé dans la fabrication d’armes artisanales améliorées et l’autre dans leur mise sur le marché noir. Les policiers ont fini par casser cette entreprise illégale.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 12 juin 2024 à 18:44

#Mali : Niamakoro : Des faussaires de documents mis hors d’etat de nuire

Évoluant dans la fabrication de faux documents, ils assuraient également la formation et l’initiation de nouveaux faussaires dans cette pratique illégale. Les policiers ont mis fin à leur entreprise.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 18:21

#Mali : Kolokani : La fillette a payé pour son père

Pour faire mal à son créancier il a tout simplement assassiné sa fillette de six ans. Il est ensuite recherché, interpellé par la police et renvoyé chez les juges.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:11

#Mali : 2è édition de la Semaine professionnelle de l’Ispric : Une belle initiative

L’Institut des sciences politiques, relations internationales et communications (Ispric) a clôturé, jeudi dernier dans ses propres installations sur la colline de Badalabougou, la 2è édition de sa Semaine professionnelle sous le thème : «Comment trouver son stage ou emploi étant étudiant?»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:08

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:09

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner